Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A Fleur de Mots

A Fleur de Mots

Littérature

L'ARTISAN DU BONHEUR

A le voir ainsi, assis sur son tabouret, le dos légèrement voûté, ses vieux chaussons usés aux pieds, on ne saurait compter ses années. Car malgré ses yeux fatigués derrière des verres cerclés, le travail de ses mains est sûr et précis.

Vieil homme, que fais-tu donc là ?

Aucun son ne sort de sa bouche. Il n’a pas le temps pour ça. Toute son attention est dirigée vers son ouvrage. Aucune sensation de corvée dans ses gestes. Ses mains, d’ailleurs, semblent avoir conservé l’agilité de la jeunesse et ses bras la force de leurs vingt ans. C’est qu’il y met toute son ardeur dans cette tâche ! Il sait son importance…

Dans un soupir, il laisse échapper une pensée : « il y a tant de malheur dans ce monde, tant de souffrance. Tous ces cœurs brisés… Il faut bien que quelqu’un s’en occupe ! Et personne n’a le temps pour ça. »

Il avait acquis ce savoir-faire dans ses jeunes années, sans même se douter qu’il le pratiquerait encore au crépuscule de sa vie. Artisan du Bonheur, quel beau métier…

Cette vocation lui était apparue alors qu’il n’avait pas même dix ans. Ce jour-là, une souris avait grignoté le bras du nounours de la dernière de ses sœurs, laissant une plaie béante à la pauvre peluche. Devant la tristesse de sa plus petite que lui, il avait entrepris de recoudre la blessure. Muni d’une grosse aiguille et d’un fil de laine, il avait, à grands points maladroits, rafistolé le petit bras amoché. Mais il avait fait bien plus que ça… Il avait réparé le cœur brisé de l’enfant qu’il avait vu pleurer. Chaque coup d’aiguille était accompagné d’un mot douceur, comme un bonbon qui fond dans la bouche, et ses paroles chuchotées, ses gestes emprunts de tant de délicatesse avaient séché doucement les larmes de la fillette.

Le regard que l’enfant lui avait adressé en retrouvant son ours soigné, jamais il ne l’oublierait. Il y avait dans ce regard, outre la gratitude que l’on peut imaginer, il y avait le bonheur retrouvé. Un bras en peluche raccommodé, mais aussi un cœur consolé. Le délice qu’il en ressentit lui-même fît de lui ce qu’il est aujourd’hui.

Artisan du Bonheur, quel noble métier…

Depuis ce jour, il répare ces cœurs tristes qu’il rencontre, sans même les connaître parfois. Un tel croisé dans la rue, dont la tristesse s’échappe malgré lui, et que lui ne peut s’empêcher de déceler. Un autre qui s’épand sur une douleur de l’âme sans y trouver de remède. Il y a tant de souffrance, tant d’indifférence dans le monde… Alors, sa pensée se saisit de ces âmes en détresse et les emporte sans bruit, sans mouvement presque, jusqu’à ce grenier, cet atelier des cœurs brisés.

A le voir ainsi, assis sur son tabouret, le dos légèrement courbé, ses vieux chaussons usés aux pieds, on ne saurait compter le nombre de cœurs qu’il a restauré.

Artisan du Bonheur, tu fais un si beau métier…

KinouKachou Sept 2015

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Vanessa Rimes 21/11/2015 16:21

J'en ai des frissons, j'en avais presque oublié cette image sur laquelle j'ai moi-même brodé. Et ton tableau est si beau, le mien me semble bien plus terne et en lisant tes traits, je regrette presque de n'avoir mis plus de couleurs et de chaleur sur le mien. Belle Salamandre, toi qui connait le juste milieu des choses, qui les décrit avec tant de justesse, tu sais briller sans éblouir. Respect.

Kinou Kachou 22/11/2015 11:34

Mais pas sans rougir ! lol