Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A Fleur de Mots

A Fleur de Mots

Littérature

COEUR BOULIKI

COEUR BOULIKI

Arpentant les sentiers de la forêt de Cœur Bouliki en Martinique, je fus attirée par un bouquet de végétation géante. Le regard levé vers la cime des grands bambous, je perçus un murmure, une musique, je n’aurais su dire exactement. Un mélange de sonorités, un chant d’eau qui court, de feuilles qui bruissent ; un souffle d’air, une douce chaleur. Parmi ces sons, une autre vibration se fit entendre ; une vibration profonde qui semblait venir de cette union, de cet enlacement de pensées entre le bambou et moi. La nature autour de nous se fit silencieuse. Tout paraissait être à l’écoute. Je me laissais envahir par cette chanson qui semblait là pour m’éveiller un peu plus. Ce chant n’était pas fait de mots. Il était composé de sensations et de sentiments, de terre et de bois, de soleil et de pluie, d’éclats de lumière et d’amour, d’appartenance et de racines, de respect, d’humilité. Cette histoire que racontait le bambou venait de la nuit des temps lointains. J’en ressentis toute l’essence, toute la profondeur, toute la gravité, mais je ne pus y poser de mots. Comme quelque chose que je n’aurais pas encore le droit de toucher. Regarder, écouter, voilà ce qui semblait m’être demandé. Humilité est le mot qui résonnait dans ma tête, le mot qui me détachait de tout le reste. Et dans ce tout, je sentis une présence, un petit rien, un grain de poussière, une pensée puissance. De son invisibilité, elle couvrait l’instant… Je reconnus là le petit être que j’avais façonné dans mon esprit quelques mois plus tôt, cet enfant de la forêt déserté par les mots et qui laissait entendre une étrange mélodie. Je crus même l’apercevoir, assis les bras croisés sur ses jambes repliées, encore inaccessible, comme séparé de moi par une barrière invisible. Il paraissait attendre que Poussière d’Etoiles lève la tête et ouvre les yeux. Poussière d’Etoiles… comme ce nom est doux. C’est lui qui l’a choisi pour moi. Je l’ai accueilli avec tendresse, oubliant pour un temps celui qui est le mien. Je compris à cet instant que c’était à moi d’apprendre pour raconter.

KinouKachou Janvier 2016

www.easyvoyage.com/easygame

COEUR BOULIKI

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vanessa Rimes 12/02/2016 07:45

Belle Salamandre, que de chaleur et de douceur dans ce texte duquel rien ne peut nous distraire. Comme happée par les sonorités, les couleurs de chaque pièce de cette prose, la sérénité m'envahit de la première à la dernière lettre. Kinou à la plume aussi belle que reposante, je fais une pause, ma vie entre parenthèse, le temps de te lire, de boire tes écrits...

A Fleur de Mots 12/02/2016 13:16

Un petit bout de l'histoire de "RastaReptil, l'enfant de la forêt" ;-)

lili la petite fee 03/02/2016 14:13

je suis très sensible à ce texte...qui effleure mes sens et me caresse le corps comme une douce chaleur.
continues de nous faire rêver.

lili la petite fee 04/02/2016 12:20

oui, justement c'est moi lili ton amie

Kinou Kachou 03/02/2016 15:53

As-tu une page Facebook ou un blog ?

Kinou Kachou 03/02/2016 15:50

Merci Lili la petite fée ! C'est marrant... as-tu lu sur mon blog le poème "Lili mon amie" ? je l'ai écrit pour mon amie Lili qui est justement une petite fée :-)

pascale 23/01/2016 21:09

c'est quand la suite... j'aime beaucoup ton texte qui laisse le doux message de l'importance de la nature dans le monde qui ne tourne plus rond...bises

Kinou Kachou 03/02/2016 15:48

C'est tiré et légèrement modifié d'une histoire que j'ai écrite il y a bientôt 2 ans "RastaReptil, l'enfant de la forêt". Mais comme je ne suis pas tout à fait satisfaite, je dois le reprendre....