Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A Fleur de Mots

A Fleur de Mots

Littérature

LE GRAND LIVRE ROSE 4 - Caribbean Dream

Aujourd’hui, celle qui a tant de noms et qui est si peu pourtant ressent le besoin de peindre son âme en bleu. Elle se penche à nouveau sur le Grand Livre Rose et entame son cheminement de cercle en cercle. Une fois, deux fois, trois fois, elle renouvelle son inspection sans arriver à se décider. Alors elle recommence, reprend le livre à son début et examine page après page les dessins qui se présentent à elle. C’est un tout, se dit-elle. Ce mandala doit respirer le bleu. L’un d’eux retient son attention un instant, mais elle hésite encore. Elle continue sa recherche quand un autre lui fait marquer un temps de pause. Mais non… elle ne peut se décider. Alors elle referme le livre et laisse son esprit baigner dans cette couleur qui l’inspire. Ici, l’hésitation n’a pas sa place. Celle qui a tant de noms et qui est si peu pourtant sait qu’elle ne touchera pas un crayon sans être sûre de son choix.

Le lendemain, elle tente une fois de plus de dénicher lequel de ces mandalas aura la première place à ses yeux. À nouveau, elle ouvre le Grand Livre Rose, sourit aux premières pages recouvertes de sa propre écriture à l’encre rose, puis laisse glisser son regard sur les grands cercles au fil des pages. Son regard glisse, car il sait que c’est plus loin que son attention s’était fixée hier. Le premier qui l’avait interpellé arrive enfin. Mais son intérêt n’est plus le même aujourd’hui. Il ne respire pas suffisamment le bleu. Pourtant, elle sent de la puissance dans ses formes. Peut-être pour une autre fois, une autre couleur… se dit-elle. Et soudain, révélation ! Elle vient, d’un souffle de pensée, de percer le mystère de ce mandala fait d’une multitude de sphères. Elle l’imagine déjà… Il sera le Mandala Chakra. Oui, mais plus tard, songe-t-elle. Pour l’instant, mon âme réclame du bleu. C’est alors que le second qu’elle avait remarqué lui offre un sourire de certitude. Voilà ! Je t’ai trouvé, lui dit-elle. Demain, je viendrai caresser tes formes de la plus douce à la plus vive de cette teinte qui habite mon âme.

Le jour suivant, c’est dans l’après-midi qu’elle installe sur la table sa palette de crayons bleus et entame son voyage. Pour l’accompagner, elle choisit comme musique le son d’une rivière qui coule, ponctuée du chant des oiseaux. Elle se laisse emporter par le cours de l’eau, tournoyant comme une feuille aux prises d’un tourbillon aquatique. C’est un mandala d’eau, se dit-elle. Elle ressent toute l’importance de cet élément dans son corps, devine sous sa peau des ruisseaux, des torrents, des lacs et l’immensité de l’océan. Elle n’est plus qu’eau ; légère, fluide, limpide.

Le lendemain matin, le ballet reprend. Tout ce bleu… inévitablement, elle songe à la Caraïbe. La Pointe Faula et son dégradé de bleu. Elle ferme les yeux un instant et se laisse envahir par ses souvenirs. Des parfums de soleil inondent son esprit. Quand y retournerai-je ? se demande-t-elle. Elle comprend alors le pourquoi de ce choix de couleur. Il est là pour l’apaiser, pour l’envelopper de douceur, pour pallier ce besoin de s’immerger dans la mer. Car ici, elle ne peut pas, elle ne peut plus. Ici, elle ne retrouve pas cette chaleur qui appelle un peu de fraîcheur. Alors, elle triche, elle joue de son imagination et peint son âme de cette teinte qui rappelle l’eau. Elle réalise soudain que les deux mandalas précédents étaient eux aussi liés à ce manque. Le premier, Soley kléré, parle de lui-même. Le second, Nomade, traduit son besoin de vie ailleurs. Comment vais-je nommer celui-ci ? se demande-t-elle. Pour cela, elle doit le terminer. Elle pose alors sa plume et laisse de côté son carnet d’écriture pour reprendre sa danse cristalline.

La multitude de pointillés qu’elle décline à présent s’envole comme les embruns projetés par le ressac des vagues, et la conduit là où son âme a choisi de déposer toutes ses pensées, toutes ses émotions, tout son devenir. Quand une pointe dorée vient soudain s’installer… Celle qui a tant de noms et qui est si peu pourtant s’étonne de cette irruption. Ce mandala ne devait être que bleu ! se dit-elle. Elle regrette presque ce premier trait déposé. Pourtant, c’est avec une confiance totale que sa main s’aventure dans ce dédale de motifs qu’elle parsème d’or. A plusieurs reprises, son geste allait s’arrêter là, mais une force irrésistible l’en empêcha… Cette pellicule dorée est maintenant présente dans les sept cercles qui constituent le mandala bleu. Déposée là, telle une poussière d’étoiles…

Caribbean Dream sera le nom de cette troisième pièce du Grand Livre Rose.

KinouKachou

LE GRAND LIVRE ROSE 4 - Caribbean Dream

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article