Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A Fleur de Mots

A Fleur de Mots

Littérature

BURKINABE MON AMI...

Le mois d’avril est installé. Guidée par le soleil et sans se découvrir d’un fil, la Salamandre s'avance sur le chemin de la plage. Dans un creux de rocher lissé par les innombrables caresses de l’océan, elle se love comme on se blottit au creux d’une main immense, la main de la Terre Mère. L’Esprit de l’Afrique l’enveloppe. Elle sait quelle est la cause de cette sensation : Noumou… la date souvenir de son départ approche. Six ans bientôt. Elle s’aperçoit qu’elle ne saurait ajouter : six ans déjà, ou, seulement six ans. Cela restera toujours intemporel entre eux... Une pensée s'impose soudainement :

« Il est temps que je le raconte. »

C’est arrivé comme une évidence. De toute façon, elle ne peut attacher son écriture à rien d’autre. L’histoire de RastaReptil, l’enfant de la forêt reste en attente. On le dirait trop loin d’elle pour qu’elle puisse s’en approcher. Alors que là ! Tout à coup, face à la mer, Noumou lui ouvre les bras, Noumou l’emporte dans son souvenir. Il est si présent à son esprit en ce moment. Et cette photo de lui, postée par sa nièce, qui a envahi son écran l’autre jour… elle en a eu le souffle coupé. Alors oui ! Elle se dit aujourd’hui qu’il est temps de raconter l’histoire de son ami. Et même si l’Afrique n’est pas là, présente, et bien tant pis ! Elle racontera Noumou tel qu’elle l’a connu, Noumou racontant son Afrique.

"Oui ! Il est temps, songe-t-elle. C’est ici que je dois écrire cette histoire, à l’endroit où je l’ai connu, là où nous avons partagé notre amitié, là où la terre a reçu ses premières cendres. Burkinabé mon ami, mon frère… Par où commencer ? Il y a tant à dire…"

Elle se demande comment elle va réussir à transcrire son regard, ce regard si… Mais commençons par le début, le premier jour, la première fois.

A suivre...

KnouKachou Mars 2016

BURKINABE MON AMI...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article