Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A Fleur de Mots

A Fleur de Mots

Littérature

UN PANIER EN GUISE D’HOSPITALITÉ

Dans le silence de la nuit

Soudain, je perçois un bruit

Comme une plainte chagrin

Venant de mon jardin

 

Intriguée, je sors sur la terrasse

Pour voir ce qu’il se passe

Équipée d’une lampe torche

Lentement, je m’approche

 

Tapis sous la vieille table en bois

J’aperçois un petit chat

Dans l’obscurité, tétanisé

Il me regarde d’un air apeuré

 

J’avance doucement ma main vers lui

Paniqué, il s’enfuit

Et va se réfugier plus loin

À l’extérieur du jardin

 

Bouleversée par ses miaulements

Je pars à sa recherche, le cœur battant

Et finis par le retrouver

Dans les tiges de bambou, planqué

 

Tout près de sa cachette

Je dépose un bol de croquettes

Sur lequel il se jette avidement

Il avait faim, terriblement

 

Sa mère, pourtant, ne doit pas être bien loin

Il n’a pu faire seul un grand chemin

Elle viendra sûrement le chercher

Quand les minettes de la maison seront rentrées

 

Rassurée par cette pensée

Je rentre me coucher

On verra bien demain

S’il traîne encore dans le coin

 

Au matin, réveillée par ses cris

J’émerge d’une courte nuit

Le retrouve devant la baie vitrée

La mine triste, le regard éploré

 

Cette fois, il s’est laissé approcher

Dans mes bras, je l’ai consolé

Jusqu’à entendre son doux ronron

Et le voilà dans la maison…

 

Ce n’est pourtant pas le moment

Avec ce déménagement

D’inviter un nouveau locataire

À trimbaler dans mes affaires

 

Rester indifférente, je ne peux

Devant cette boule de poils crasseux

Je lui installe un panier

En guise d’hospitalité

 

La vie nous dit d’aider notre prochain

Qu’importe qu’il ne soit pas humain

C’est avant tout un être vivant

Et il a perdu sa maman

 

À l’heure où je noircis cette page

Il n’est plus du tout sauvage

Dans son panier, sous la véranda

Il se prélasse comme un petit roi

 

Je vais devoir trouver acquéreur

Pour ce petit minou cajoleur

En attendant, je vais l’héberger

Indifférente à son sort, je n’ai pu rester.

 

 

KinouKachou Mai 2016

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article