Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A Fleur de Mots

A Fleur de Mots

Littérature

L'ATTENTE (Extrait 15)

Les trésors de ma vie… murmura-t-il. Le choix du mot témoignait de la valeur sentimentale de ce que renfermait cette valise. La main du vieil homme se pencha lentement vers ces souvenirs protégés là comme dans un écrin. Quelques photos étaient conservées dans une enveloppe de papier kraft usée à ses coins. Il promena son regard sur ces images du passé. Sur l’une d’elles, sa mère, entourée de ses trois enfants : Mathilde (qui ne marchait pas encore) dans les bras, Amélie, droite et fière dans sa robe fleurie, et lui, accroché à la jambe de sa mère. Il devait avoir à peine 5 ans. Puis il s’émut sur un cliché le représentant auprès de son père. Le mal qui l’avait emporté s’était déjà insinué en lui, mais n’avait pas encore révélé sa présence. Sur l’image, il avait l’allure d’un homme robuste et joyeux et entourait fièrement l’épaule de son fils. Le vieil homme se souvenait du jour où avait été prise cette photo. Ils étaient partis pêcher sous le pont des Trois Sautets et il avait fait sa première prise : une belle carpe. C’est tout gonflé d’orgueil qu’il avait franchi la porte de la cuisine avec son poisson. La mère avait voulu immortaliser cet instant. On les voyait tous les deux, la mine réjouie, posant devant le petit lavoir où l’animal allait être vidé et nettoyé. Une autre affichait Christophe tenant précieusement sa sœur nouvelle née dans ses bras. Il la couvrait d’un regard protecteur, loin d’imaginer à cette époque que c’est elle plus tard qui s’inquièterait toujours à son sujet. Cette pensée le fit sourire. Parmi les photos, il y avait une petite pochette en mousseline contenant deux mèches de cheveux. La première, châtain clair, appartenait à Christophe et résultait de sa première coupe pour ses trois ans. Rosalie avait eu le cœur fendu de voir ses belles boucles disparaître de la tête de son fils et en avait conservé un échantillon. La deuxième, légèrement ondulée, d’un blond presque blanc, provenait d’un premier coup de ciseaux dans la longue chevelure de Louise le jour où elle avait décidé de jouer au coiffeur avec son frère. Pour rattraper les dégâts, Rosalie avait saisi l’objet du carnage et Louise hérita d’une frange. Il se souvient que pour éviter une punition à son frère, elle avait assuré que c’était elle qui l’avait forcé, que lui n’était pas d’accord. Bien évidemment, même si l’idée venait effectivement d’elle, Christophe n’avait opposé aucune résistance à la demande de sa sœur. Mais le regard déterminé qu’elle avait posé sur lui l’avait empêché d’émettre la moindre réflexion. Si jeune, elle le protégeait déjà…

 

A suivre..

 

KinouKachou Mars 2017

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article