Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A Fleur de Mots

A Fleur de Mots

Littérature

L'ATTENTE (Extrait 23)

Son téléphone vibra dans sa poche. Louise. Zut, se dit-il, j’avais promis de l’appeler après la visite de Christophe. Il s’éclaircit la voix avant de répondre « J’allais justement t’appeler. » Elle lui annonça qu’elle devait se rendre le lendemain à Gardanne chez un patient qui ne pouvait se déplacer et qu’elle en profiterait pour passer lui dire bonjour. Il espérait ne pas faire de gaffe concernant l’arrivée de Valérie dans la vie de Christophe, celui-ci ayant précisé qu’il n’en avait pas parlé à sa sœur. L’obliger à faire des cachotteries à son âge, ce n’était pas bien prudent. Il risquait de vendre la mèche sans le vouloir. Christophe était un vrai gamin. Avec un peu de chance, il allait grandir auprès de cette femme, si leur relation tenait bon. Il réalisa que son fils lui ressemblait en bien des points. Si lui-même n’avait eu la chance de rencontrer Rosalie dans ses jeunes années, sans doute que, comme lui, il aurait gardé cet air timide et un peu maladroit dans ses rapports affectifs. Rosalie lui avait donné de l’assurance en l’aimant tel qu’il était sans jamais chercher à changer quoi que ce soit en lui. Son amour lui avait prouvé qu’il était un être important et unique à ses yeux, et cela l’avait rendu fort. Louise, elle, n’avait jamais eu ce genre de problème. À l’image de Rosalie, le regard des autres ne l’atteignait pas, ce qui fait qu’elle se sentait à l’aise avec tout un chacun. Lorsqu’elle raccrocha, il rangea son bloc et prit le chemin du retour. Il s’arrêta quelques instants près de la fontaine. Les pensionnaires qui occupaient la place tout à l’heure étaient partis. Il délaissa le banc et s’assit sur le bord du bassin. Il caressa l’eau et cela lui fit un bien fou. Quel élément magique, songea-t-il. Il laissa sa main glisser sur sa surface puis s’enfoncer dans sa profondeur. Il ferma les yeux et imagina tout son corps immergé dans cette masse liquide. Il l’imagina si bien qu’il ressentit toute la légèreté que l’on peut éprouver en plongeant dans l’eau. Ce qui en découla fut des plus étonnants. Il se retrouva embarqué dans un passé lointain, si lointain qu’il en fut ému aux larmes. Aussi impensable que cela puisse paraître, ces sensations le ramenèrent à sa mère, et plus exactement, au ventre de sa mère. Oui, il se sentait comme un petit être évoluant dans le liquide amniotique du nid protecteur de la gestation. Le silence qui régnait à cette heure lui permettait de retrouver cette ambiance où les sons étouffés ne laissent entendre que la musique du corps. Il se laissa bercer par cette mélodie, n’offrant aucune résistance à cet instant unique. La lumière qui filtrait à travers ses paupières était colorée de bleu, du bleu infini de l’univers aquatique. Il s’abandonna, oubliant la notion du temps qui lui était compté, s’oubliant lui-même face à ce qui l’entourait. Quand une main se posa sur son épaule, il eut un sursaut, à la manière de quelqu’un qui soudain reprend sa respiration. Mademoiselle Sandrine se tenait près de lui, le regard soucieux. « Monsieur Ferdinand, que faites-vous là ? On vous cherche partout ! Il est tard, nous étions inquiets. » Il s’excusa, avouant qu’il n’avait pas prêté attention à l’heure. Elle lui fit remarquer que la manche de sa veste était trempée et qu’il n’était pas prudent de rester ainsi, assis sur le bord du bassin. Ils repartirent ensemble, lui appuyé sur le bras qu’elle lui offrait, elle soutenant ce vieux corps qui semblait plus léger que d’habitude. « Ne me refaites jamais un coup pareil, Monsieur Ferdinand, le réprimanda-t-elle gentiment. Vous m’avez fichu la trouille. »

 

A Suivre...

 

KinoouKachou Avril 2017

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Angeline 13/04/2017 15:07

j'aime me promener ici. un bel univers. vous pouvez visiter mon blog. merci

KinouKachou 13/04/2017 16:33

Bonjour Angeline ! Je suis contente que la balade vous ait plu :-) Je ne manquerai pas d'aller faire un tour dans votre jardin