Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A Fleur de Mots

A Fleur de Mots

Littérature

L'ATTENTE (Extrait 30)

La jeune femme eut peine à cacher son émoi. Elle fouilla au fond des yeux du vieil homme, cherchant une étincelle, un signe qui pourrait le ramener dans le présent, mais elle ne croisa qu’un regard perdu. Ainsi donc, lui aussi avait fini par se faire happer par ce flou qui se dégageait de certains des pensionnaires. Mais Monsieur Ferdinand, elle ne s’y était pas préparée. Il y avait quelque chose chez lui qui lui avait paru comme immortel. Et voilà qu’elle découvrait ce matin un vieillard égaré dans les couloirs du temps ne sachant plus vraiment quelle notion accorder à cet instant. La petite fossette de bonheur qui creusait sa joue habituellement ne ressemblait maintenant qu’à une ride plus profonde que les autres. Tout son être s’était voilé d’une incompréhension qui l’avait surpris en plein vol. Plus rien ne semblait le rattacher à la réalité. Lui, promenait son regard sur les choses, tentant de retrouver quelque indice qui le remettrait sur le chemin, car il sentait bien que quelque chose n’allait pas. Mais il était incapable de savoir ce que tout ce décor faisait autour de lui. Peut-être s’était-t-il trompé de… Mais de quoi au juste ?? se demandait-il. De maison ? De ville ? De pays ? D’époque ? De vie… ? Et cette jeune femme près de lui, qui était-elle ? Il était certain de la connaître sans pouvoir déterminer depuis quand ni quelle place elle occupait dans son existence. Soudain, la pluie se mit à tomber. Doucement d’abord, en fines particules, sans émettre de bruit. Puis quelques gouttes plus grosses claquèrent sur le pavé de la terrasse. « On dirait que ça va être une journée sous le signe de l’eau, laissa échapper Mademoiselle Sandrine. » En entendant ses mots, le vieil homme parut s’éveiller d’un rêve. « J’aime bien entendre la pluie chanter, dit-il. Et vous Mademoiselle Sandrine ? » Il est revenu… songea l’aide-soignante soulagée. Et voilà qu’il se mettait à plaisanter, racontant l’anecdote de l’orage le jour de la cueillette des abricots. « Ce jour-là, la pluie tapait tout sur son passage comme des baguettes sur la peau d'un tambour, rajouta-t-il en riant. » Il semblait n’avoir gardé aucun souvenir de cette absence qui l’avait terrassé quelques instants plus tôt.

 

A suivre...

 

KinouKachou Mai 2017

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article