Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A Fleur de Mots

A Fleur de Mots

Littérature

L'ATTENTE (Extrait 31)

À partir de ce jour, Ferdinand Le Bel ne fut plus tout à fait le même. Ces troubles apparaissaient de plus en plus fréquemment, même s’ils étaient de courte durée. La direction du Val des Sources avait informé Louise de l’incident et celle-ci se présenta dès le lendemain, l’angoisse au ventre. Elle trouva son père installé à l’ombre d’un tilleul en compagnie de Dédé, son camarade de séjour comme il l’appelait, en train de disputer une partie de backgammon. Il avait l’air en forme, et d’après les interjections de frustration de son adversaire, il gagnait haut la main. Lorsqu’il tourna la tête dans sa direction, elle ne remarqua rien de changé en lui. Après lui avoir demandé comment il allait, elle se livra à un test. Elle lui parla de Pauline qui réclamait un stage de photographie pour les vacances, et il répondit que la petite avait bien grandi, et que son œil vif saurait capter l’essentiel de son champ de vision. Puis elle raconta que Juliette avait décidé de se consacrer à la confection d'un parfum. Ferdinand Le Bel sourit en affirmant que ça ne l’étonnait qu’à moitié. Toute petite déjà, elle aimait l’odeur des gens et des choses à leur état brut. Il était sûr qu’elle était capable de créer quelque chose de très original. Louise se dit qu’à première vue, il avait l’air d’avoir toute sa tête, il se souvenait de ses petites filles et de leur personnalité propre. Elle en vint à parler de cette partie de pêche à l’Etang des Cerises qu’Arnaud avait proposé l’autre jour et il prit un air étonné : « De quelle partie de pêche parles-tu ? Je ne me souviens pas de ça. » Elle se dit qu’il avait sans doute oublié ce détail. Arnaud avait abordé le sujet en fin de journée et son père devait être fatigué. Puis il rajouta : « ça fait un moment que je n’ai pas vu ton compagnon, j’ai dû oublier cette histoire depuis le temps. Et vous y avez été à cette partie de pêche alors ? » Louise, surprise, ne trouva rien à dire sur le moment. Alors elle sourit, et elle changea de sujet. « Comment trouves-tu Valérie ? Elle a l’air bien. Je suis sûre qu’elle t’a plu. » Il fronça les sourcils et demanda qui était Valérie. Elle tenta de lui remémorer cette réunion familiale qu’ils avaient eue deux jours plus tôt où Christophe leur avait présenté Valérie, sa petite amie. Elle le vit faire des efforts pour se souvenir, pour comprendre de quoi elle parlait, mais visiblement, il n’y arrivait pas. « Mais Christophe ne m’a rien dit à moi ! s'exclama-t-il. Il aurait tout de même pu me la présenter. Depuis le temps qu’on espère le voir au bras d’une douce… » Louise sourit à nouveau, mais elle avait envie de pleurer. Son pauvre papa… que lui arrivait-il soudain ? Quand Rosalie était partie, elle était malade, mais elle avait toute sa tête. Lui s’éloignait doucement, comme une pelote de laine que l’on déroule et qui ne laisse qu’un mince fil derrière elle.

 

A suivre...

 

KinouKachou Mai 2017

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article