Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A Fleur de Mots

A Fleur de Mots

Littérature

L'ATTENTE (Extrait 35)

Quand Mademoiselle Sandrine se pointa, elle remarqua son air égaré qui ne s’accrochait à rien. Son fauteuil était dirigé vers la fenêtre et il tournait le dos à la porte, si bien qu’il ne la vit pas arriver et n’eut pas conscience de sa présence. Dormait-il ? Non, il se trouvait juste dans un état suspendu qui l’éloignait quelque peu de ce qui l’entourait. Ses yeux fixaient le rectangle de lumière devant lui et paraissaient traverser la vitre pour rejoindre un monde dont il semblait être le seul à connaître l’existence. La jeune femme n’osa pas le déranger. Elle prit discrètement le plateau sur la table et repartit sans rien dire. Ferdinand Le Bel, lui, se sentait comme aspiré par ce rayon lumineux qui le frappait en pleine face. Ses paupières étaient légèrement baissées pour supporter l’éblouissante vision qui s’offrait à lui, et l’image qui lui était renvoyée ressemblait à une sorte d’aquarelle, un paysage aux contours atténués par le passage d’un pinceau imbibé de soleil. Cette douce chaleur sur son visage était si agréable qu’elle lui rappelait une sensation lointaine qu’il ne cherchait même pas à définir, mais qui le touchait avec la volupté d’une caresse d’ange. On pouvait entendre, par la fenêtre entrouverte, le grésillement incessant des cigales pareil à un orchestre composé seulement de cymbales. Ferdinand Le Bel se laissait porter par cette mélodie qu’une chorale d’oiseaux accompagnait de leurs pépiements. Cette journée s’annonçait belle. Belle et chaude ! Un éclat de soleil vint claquer sa cuisse et lui rappela ses jeunes années lorsqu’il courait à travers la garrigue. Les rayons brûlants de l’astre déposaient sur ses jambes nues un voile hâlé que les mois d’hiver ne parvenaient pas à effacer totalement, les marques laissées par son short s’atténuant doucement sans jamais vraiment disparaitre.

A suivre...

 

KinouKachou - Juillet 2017

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article