Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A Fleur de Mots

A Fleur de Mots

Littérature

AU PAYS DE JULES

 

À Jules dont l’histoire m’a inspiré ces mots. Et bien plus…

 

Sortant de la maison avec l’intention de me rendre dans mon petit coin reculé au bout de la rive gauche du port, je découvre avec joie dans ma boite aux lettres le livre de Jules : Une fourmi parmi les éléphants. Embarquée par une impatience irrésistible, je déballe l’objet tout en marchant et je plonge déjà mon nez dans la première page. Sans que je m’en rende compte, mes pas ont emprunté la rive droite du port. Je me suis retrouvée sur l’esplanade bondée de monde en ce dimanche, sous un soleil de plomb adouci d’une brise marine légère, ce récit accroché à mon esprit. Une ambiance estivale se dégage de l’endroit avec son flot de touristes, les uns parcourant  le quai pendant que d’autres, aussi nombreux, noircissent l’interminable banc de pierre le longeant, les yeux tournés vers les pontons qui arborent fièrement leurs bouquets de mâts dressés vers le ciel. Les notes de reggae diffusées par mes écouteurs m’isolent du brouhaha ambiant et créent un univers dans lequel je trouve ma place. Repérant une brèche suffisamment large entre les vacanciers venus se reposer, je m’installe, le livre toujours dans la main, l’index gauche entre les pages 6 et 7, l’esprit suspendu à cette dernière phrase lue : les enfants pensent toujours que les adultes détiennent la vérité. Je comprends alors que mon voyage se modifie, que mes pensées ne me conduiront pas en Provence, mais que je vais me plonger dans les ressentis de cet enfant différent. Néanmoins, avant de poursuivre ma lecture, le besoin de mettre des mots sur cette variation de mon parcours m’est apparu  nécessaire. Je n’ai même pas choisi de le faire. Mes pas, mon inconscient, ma plume m’y ont amenée.

Quand une nouvelle surprise s’invite…

Il y avait aussi un autre paquet dans ma boite aux lettres, mais enthousiasmée par l’arrivée du livre de Jules, je l’avais glissé distraitement dans mon sac sans même prendre la  peine d’en regarder la provenance et je l’avais oublié. Je viens de mettre la main dessus. Expéditeur : Lilou, ma Choupinièce. J’ôte l’enveloppe de carton pour découvrir un carnet à la couverture de cuir couleur terre brûlée ornée de gravures aux formes orientales qu'un lacet maintient fermé. En son intérieur, des feuilles de papier parchemin d’une virginité sans reproche reliées par ce même lacet entourant la couverture. Une invitation... À l’émotion, à l'imagination, à l'inspiration, à la création.

Décidément, cette journée ne correspond en rien à ce que j’avais programmé. Elle s’est habillée de bénédiction en délivrant ce message :

 

Accueille l’instant qui t’est offert

Sans craindre l’imprévu

Souris, il ne faut pas t’en faire

Ce qui doit être sera vécu

 

J’ai bu le récit de Jules d’un trait, comme ce premier verre d’eau du matin qui abreuve vos sens, les tirant lentement de leur sommeil pour leur révéler une vision plus large, alimentée d’autres sensations, un regard de l’autre côté du miroir, là où des façons de percevoir différentes sont présentes.

Et j’ai pleuré…

Pas de tristesse, non. J’ai pleuré d’un mélange de sentiments qui se bousculaient au fil des mots. Les mots clés que je retiendrai de ce témoignage : Pureté, Amour, Courage, Dépassement de soi, Victoire… Émotions intenses.

 

KinouKachou - Août 2017

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article